Quand un souffle de rébellion douce se dessine… 1


reve generalRêve général de Nathalie Peyrebonne – Éditions Phébus, 2013

Cette année-là, il y avait quelque chose d’anormal dans l’air… Rien de grave mais un léger dérèglement d’abord imperceptible… Cette année-là, le président avait présenté ses vœux à ses concitoyens seulement le 4 janvier… Transgression ou autorisation à abandonner les chemins coutumiers ?

Edmond, l’homme des écarts improbables d’après l’un de ces amis, est l’un des premiers… Céleste ensuite, (Bien la peine de s’appeler Céleste si c’est pour passer sa vie sous terre) abandonne ce métro de la ligne 13 qu’elle conduit depuis des années. Retour à la surface… Lucien, le prof qui adore pourtant se trouver face à ses classes d’adolescents que d’aucuns trouvent épuisants, un beau matin,  leur dit j’y vais, je vous laisse, au revoir… Et même Louis, le premier ministre qui choisit de ne pas se lever, enivré qu’il est par les odeurs d’enfance des gâteaux que lui concocte sa gouvernante… L’heure est grave… Le président s’inquiète… En un peu plus de deux semaines, le pays cesse nonchalamment de s’agiter… « Sans manifestations, sans slogans, sans revendications, sans collectifs, sans délégations. Non, juste des gens hilares qui se promènent dans les rues et déposent des lettres stupides à l’Élysée sous l’œil attendri des gardes qui devraient les repousser ». Utopie que ce « Rêve général » ? Vous en êtes sûr ?


A propos de Christine Perrichon

Les autres... Mes copains d'école... Eux, ils jouaient aux pompiers, à l'école, au docteur... Moi ? A la bibliothécaire : j'avais même fait des fiches dans mes livres pour pouvoir les prêter... Ajoutez à ça d'avoir été pendant longtemps l'une des plus jeunes lectrices de la bibliothèque d'O. Et, chaque mercredi : " Quel est ton numéro de carte ? - 2552 - Mais non, tu te trompes, tu es trop petite pour avoir ce numéro là (les enfants de mon âge avaient un numéro supérieur à 4000)" Et puis, on ne pouvait emprunter des romans que si on empruntait des documentaires... C'est comme ça que j'ai lu toutes les biographies des peintres, musiciens, sculpteurs et même aviateurs ou chercheurs... Au moins, ça me racontait la vie ! Et je me disais : " Si j'étais bibliothécaire... je laisserais les enfants choisir ce qu'ils veulent lire..." Alors, quelques années plus tard, face au grand saut dans la vie professionnelle, comme une évidence : je serai BIBLIOTHECAIRE !!! Et depuis plus de 20 ans, de bibliothèques municipales en bibliothèques départementales, mon enthousiasme est intact : - Quand les cartons de livres commandés arrivent, c'est chaque fois un peu noël... - Quand je peux échanger sur les livres ou les CD que je viens de découvrir, c'est chaque fois un moment de bonheur... - Quand les outils numériques viennent bouleverser nos pratiques, c'est la plongée excitante vers l'inconnu... Une nouvelle aventure s'ouvre maintenant ! Chermedia, notre plateforme d'échanges et de partages

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

40 − = 31

Commentaire sur “Quand un souffle de rébellion douce se dessine…