Rentrée littéraire 2014, chronique 6 : L’odeur du Minotaure de Marion Richez



l'odeur du  minotaureL’odeur du Minotaure. Marion RICHEZ. Edition Sabine Wespieser.

Marjorie, personnage principal de ce court roman, suit un parcours scolaire sans faute.
Elle devient « La plume d’un ministre » et excelle dans sa tâche.
Conquérante, battante, impitoyable, elle avance.

Un appel sur son portable, un numéro connu et reconnu mais ignoré depuis longtemps.
Sa mère qui l’informe des derniers instants d’un père qui ne voulait plus la voir.

Marjorie quitte Paris au volant d’une grosse cylindrée, en chemin c’est l’accident.
Elle percute le grand cerf de la forêt, veilleur de ce territoire.

Elle fait l’expérience de la folie dans cette forêt sombre où la nuit est opaque et la pluie battante. C’est à partir de cet accident que toute cette vie tracée brillante bascule.

La belle mécanique se grippe et choc après choc Marjorie sombre.
Un secret de famille, transmis à la petite fille qu’elle était alors, détruit sur son passage son enfance sans que personne n’ait conscience qu’elle porte désormais un fardeau bien trop lourd.

C’est parfois inégal mais ce premier roman présente des moments forts en émotion, portés par une belle plume.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 45 = 55