Rentrée littéraire automne 2010 : Retour aux mots sauvages de Thierry Beinstingel


4164rj99qEL._SL500_AA300_

Retour aux mots sauvages / Thierry Beinstingel
Fayard, 2010

De lui, on ne connaîtra jamais le vrai prénom… En changeant d’emploi, il est devenu Eric, téléopérateur…
« X (nom de l’entreprise, bonjour, Eric, que puis-je pour votre service ?
– Bonjour, je suis client chez vous et j’aimerais changer mon contrat
– Nous allons regarder ça ensemble, vous êtes bien monsieur/madame/mademoiselle X ? Vous habitez bien numéro/nom de rue/ville ?… »

Depuis près de 30 ans, il était électricien, sur les chantiers, à travailler, avec ses mains, dans la vie réelle… Mais crise oblige – licenciement et reconversion professionnelle – il lui faudra apprendre un nouveau métier, rencontrer de nouveaux collègues et surtout intégrer le discours formaté de l’entreprise : un nouveau langage dont il ne faut absolument pas sortir. « Il faut se mettre à la place du client » ressasse sans cesse sa collègue Maryse. A la place du client certes, mais surtout lui vendre toujours de nouveaux contrats plus profitables à l’entreprise, ne jamais le rappeler et lui donner l’impression que le service est de qualité… La pression sur les salariés ne se relâche jamais avec des objectifs toujours plus difficiles à atteindre, des « opérations spéciales » conduites par un service marketing le plus souvent en décalage avec le réel, des entretiens réguliers de recadrage « Vous n’avez pas atteint vos objectifs, vous ralentissez la progression de l’équipe.. »
Vagues de suicides dans l’entreprise : on dépasse les vingt morts… La presse s’empare de l’événement, la direction tente d’améliorer les conditions de travail – plutôt de faire croire qu’elle les améliore et qu’elle est à l’écoute des salariés : enquêtes, séminaires de remotivation , réorganisation des espaces de travail… Dans la réalité, rien ne change, la pression a plutôt tendance à s’aggraver. Les uns et les autres font face comme ils peuvent… Le plus souvent individuellement… Pas de place pour le collectif…
Alors, un jour, il craque : il rappelle un client, va même jusqu’à le rencontrer, l’aider, lui consacrer du temps. Et elle, sa femme, ne comprend pas : il s’est mis à courir – un moyen pour lui de faire le vide, d’accepter ce nouveau mode de vie – puis il s’absente – sans dire ce qu’il fait de ce temps volé à la vie quotidienne.
Comme un surf sur des thèmes à la mode, un roman qui, à aucun moment ne permet d’éprouver la moindre empathie avec les personnages : certes la vie dans l’entreprise n’est pas drôle mais est-elle si éprouvante ? Une écriture détachée, un déroulement banal, un héros évanescent, on peut, sans peine, laisser de côté ce roman de la rentrée littéraire, il y a beaucoup mieux à découvrir…

En partenariat avec Pages des libraires – crossposté sur Chroniques de la Rentrée Littéraire


A propos de Christine Perrichon

Les autres... Mes copains d'école... Eux, ils jouaient aux pompiers, à l'école, au docteur... Moi ? A la bibliothécaire : j'avais même fait des fiches dans mes livres pour pouvoir les prêter... Ajoutez à ça d'avoir été pendant longtemps l'une des plus jeunes lectrices de la bibliothèque d'O. Et, chaque mercredi : " Quel est ton numéro de carte ? - 2552 - Mais non, tu te trompes, tu es trop petite pour avoir ce numéro là (les enfants de mon âge avaient un numéro supérieur à 4000)" Et puis, on ne pouvait emprunter des romans que si on empruntait des documentaires... C'est comme ça que j'ai lu toutes les biographies des peintres, musiciens, sculpteurs et même aviateurs ou chercheurs... Au moins, ça me racontait la vie ! Et je me disais : " Si j'étais bibliothécaire... je laisserais les enfants choisir ce qu'ils veulent lire..." Alors, quelques années plus tard, face au grand saut dans la vie professionnelle, comme une évidence : je serai BIBLIOTHECAIRE !!! Et depuis plus de 20 ans, de bibliothèques municipales en bibliothèques départementales, mon enthousiasme est intact : - Quand les cartons de livres commandés arrivent, c'est chaque fois un peu noël... - Quand je peux échanger sur les livres ou les CD que je viens de découvrir, c'est chaque fois un moment de bonheur... - Quand les outils numériques viennent bouleverser nos pratiques, c'est la plongée excitante vers l'inconnu... Une nouvelle aventure s'ouvre maintenant ! Chermedia, notre plateforme d'échanges et de partages

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 + 7 =