Rentrée littéraire Automne 2010 : Une Femme célèbre de Colombe Schneck 2


untitled

Une Femme célèbre de Colombe Schneck – Stock

 

Deux personnages principaux dans ce livre : Denise Glaser, présentatrice de l’émission « Discorama » consacrée à la chanson française, et l’héroïne Jeanne Rosen, journaliste à la télévision, auteur d’un premier livre à succès, mariée, un enfant,  une liaison avec un grand éditeur parisien.

Dans un premier temps, l’héroïne relate la vie de Denise Glaser. Au fur et à mesure des révélations sur la personnalité de la présentatrice, le lecteur cherche à savoir pourquoi elle est partie en étant oubliée de tous.

Mais plus on avance dans l’histoire, plus le lecteur est invité à faire le parallèle entre la vie de la présentatrice et celle de la journaliste. Ya t’il un point commun entre les deux femmes, ou bien va-t-on découvrir autre chose ? Petit à petit on entre dans la vie de Jeanne Rosen.

Le parallèle entre les deux histoires pousse le lecteur à réfléchir sur la carrière professionnelle des journalistes dans le milieu audiovisuel.

Tout le talent de l’auteur est de glisser ses mots entre les lignes, de souligner les non-dits. L’écriture est minutieuse et méthodique, ce qui renforce le caractère mystérieux du dénouement.

Ce livre pourrait s’apparenter à une biographie de Denise Glaser, comme il existe d’autres ouvrages du même genre, mais en fait, on y trouve des révélations, par petites touches, sur le monde du journalisme et une histoire de vie. Il est donc difficile de replacer cet ouvrage dans un contexte littéraire qui surf entre la biographie et la critique sociétale du monde de l’audiovisuel.

Cet ouvrage m’a intéressée car il met en lumière les liens entre le politique et la carrière des journalistes. Il est émouvant dans l’évocation de la vie intime de Jeanne Rosen et des révélations de la personnalité Denise Glaser par la description de leurs fragilités.

Cet ouvrage léger en apparence, s’avère consistant. Le lecteur en ressort enrichi.

Un ouvrage découvert dans le cadre du partenarait avec « Les Chroniques de la Rentrée Littéraire »


A propos de Veronique Genest

C'est mon vrai nom Véronique Genest. Je travaille à la Direction de la Lecture Publique. Je suis chargée de l'équipement des livres qui partent en réservation et du secrétariat des formations assurées par la DLP, entre autre. J'ai donc une tache polyvalente. Mon bureau se situe dans la salle où se trouvent les chauffeurs des bibliobus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 + 1 =

2 commentaires sur “Rentrée littéraire Automne 2010 : Une Femme célèbre de Colombe Schneck

  • muriel

    Une femme célèbre – Colombe SCHNECK

    Jeanne Rosen, jeune journaliste, mariée, mère d’un petit garçon, maîtresse à ses moments perdus de W. critique littéraire, présente une émission de radio.
    Son premier roman a été un succès public, mais les critiques ne cessent de la maltraiter tant son « talent » paraît usurpé et son poste « réservé ».
    Au fil de son activité, elle trace un parallèle avec la carrière de Denise Glaser, présentatrice vedette des années soixante, licenciée pour raisons politiques et disparue dans le dénuement le plus total.
    Les raisons de ce rapprochement ne semblent ni évidentes, ni troublantes. Pour l’une qui a fait sa carrière sans l’aide de quiconque, l’autre a eu l’avantage d’un bon milieu, d’une bonne éducation et de bons parrainages.
    Et parce que la vie de Denise Glaser fut courte mais marquante, on aimerait juste être interpellé par celle de Jeanne, qui pleurniche et comble ses manques de femme et de Mère en prenant un amant, qui partage et comprend ses problèmes… tout simplement parce qu’il a les mêmes ! L’amour est fait de ceci… et de cela, parce qu’il lui avoue honnêtement qu’il ne quittera jamais sa femme ! Romantisme, lorsque tu nous tiens !
    Les phrases sont incertaines et la plume trop légère pour certains sujets qui se veulent graves mais traités avec légèreté.
    Entre le mari, le fils, l’amant, le travail, Jeanne s’épuise (et nous fatigue un peu) à narrer une vie de petite fille nantie qui se prend les pieds dans la soie de son tapis.