Rentrée littéraire automne 2012 : Ce que savait Jennie de Gérard Mordillat (Calmann Lévy)


jennie

Misère… Mort… Accident… Famille décomposée… Adolescence volée… Vengeance… Violence… Attentat… Vertige d’une destinée individuelle qui va connaître le pire en rêvant simplement d’accompagner ses frères et sœurs voir la mer à Etretat…

Jennie (comme la fille de Marx !) – 13 ans – déteste les dimanches (C’était un dimanche de l’an 2000. Jennie pensait que c’était le pire jour de la semaine. Les autres n’étaient pas mieux, mais le dimanche, c’était vraiment le pire). Et ce dimanche-là, justement, va faire voler sa vie en éclats…

Lui, c’est Quincy, acteur à la dérive. Il s’est donné  pour mission de venger sa mère qui s’est suicidée au travail (Dans la lettre adressée à sa hiérarchie, la mère de Quincy n’avait tracé qu’une seule phrase : « Demandez-moi  pardon »).

Ces deux-là n’auraient jamais du se rencontrer…

Quincy plissa les yeux, son visage s’éclaira d’un fin sourire, il revoyait M. Abel dans la classe, leur lisant la fameuse citation de Fouquier-Tinville devant trente élèves pendus à ses lèvres : « Je suis une hache. On ne condamne pas une hache. »

Roman social, certes, mais peut-être moins fort et plus désespéré voire désespérant que les précédents romans de Gérard Mordillat où les rêves de lendemains qui chantent et de lutte collective l’emportait souvent sur les destins individuels…


A propos de Christine Perrichon

Les autres... Mes copains d'école... Eux, ils jouaient aux pompiers, à l'école, au docteur... Moi ? A la bibliothécaire : j'avais même fait des fiches dans mes livres pour pouvoir les prêter... Ajoutez à ça d'avoir été pendant longtemps l'une des plus jeunes lectrices de la bibliothèque d'O. Et, chaque mercredi : " Quel est ton numéro de carte ? - 2552 - Mais non, tu te trompes, tu es trop petite pour avoir ce numéro là (les enfants de mon âge avaient un numéro supérieur à 4000)" Et puis, on ne pouvait emprunter des romans que si on empruntait des documentaires... C'est comme ça que j'ai lu toutes les biographies des peintres, musiciens, sculpteurs et même aviateurs ou chercheurs... Au moins, ça me racontait la vie ! Et je me disais : " Si j'étais bibliothécaire... je laisserais les enfants choisir ce qu'ils veulent lire..." Alors, quelques années plus tard, face au grand saut dans la vie professionnelle, comme une évidence : je serai BIBLIOTHECAIRE !!! Et depuis plus de 20 ans, de bibliothèques municipales en bibliothèques départementales, mon enthousiasme est intact : - Quand les cartons de livres commandés arrivent, c'est chaque fois un peu noël... - Quand je peux échanger sur les livres ou les CD que je viens de découvrir, c'est chaque fois un moment de bonheur... - Quand les outils numériques viennent bouleverser nos pratiques, c'est la plongée excitante vers l'inconnu... Une nouvelle aventure s'ouvre maintenant ! Chermedia, notre plateforme d'échanges et de partages

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 44 = 45