Rentrée littéraire automne 2013 : La servante du Seigneur de Jean-Louis Fournier 1


fournierMême si l’humour de Jean-Louis Fournier est toujours présent, c’est la gorge serrée que l’on termine cette « Servante du Seigneur » : une déclaration d’amour d’un père à sa fille qu’il considère avoir perdue… Elle, qui faisait sa joie quand, petite,  elle lui envoyait lettres et dessins et partageait son quotidien : « Tu étais charmante, tu étais drôle, j’adorais être avec toi, te faire rire. Toi aussi, tu me faisais rire, tu avais beaucoup d’humour. j’aimais bien te faire des farces« . Un père fier et conquis d’avance… Jusqu’au jour où elle rencontre Monseigneur… « Elle est devenue une dame grise, sérieuse comme un pape. Elle est sévère, elle plaisante moins, elle est dogmatique, autoritaire, elle aime bien faire la morale aux autres. les autres, ceux qui ont toujours tort. » Et l’on assiste à ce monologue triste d’un père incertain à une fille de plus en plus lointaine… Tendresse, colère, amertume, nostalgie, gravité : un texte que vous ne pouvez lâcher jusqu’aux dernières pages où Fournier laisse la parole à sa fille, une parole que j’aurais rêvée plus douce et plus ouverte… « Tout le monde n’a pas la chance d’avoir un père qui offre sa propre fille au monde entier après l’avoir défigurée… »


A propos de Christine Perrichon

Les autres... Mes copains d'école... Eux, ils jouaient aux pompiers, à l'école, au docteur... Moi ? A la bibliothécaire : j'avais même fait des fiches dans mes livres pour pouvoir les prêter... Ajoutez à ça d'avoir été pendant longtemps l'une des plus jeunes lectrices de la bibliothèque d'O. Et, chaque mercredi : " Quel est ton numéro de carte ? - 2552 - Mais non, tu te trompes, tu es trop petite pour avoir ce numéro là (les enfants de mon âge avaient un numéro supérieur à 4000)" Et puis, on ne pouvait emprunter des romans que si on empruntait des documentaires... C'est comme ça que j'ai lu toutes les biographies des peintres, musiciens, sculpteurs et même aviateurs ou chercheurs... Au moins, ça me racontait la vie ! Et je me disais : " Si j'étais bibliothécaire... je laisserais les enfants choisir ce qu'ils veulent lire..." Alors, quelques années plus tard, face au grand saut dans la vie professionnelle, comme une évidence : je serai BIBLIOTHECAIRE !!! Et depuis plus de 20 ans, de bibliothèques municipales en bibliothèques départementales, mon enthousiasme est intact : - Quand les cartons de livres commandés arrivent, c'est chaque fois un peu noël... - Quand je peux échanger sur les livres ou les CD que je viens de découvrir, c'est chaque fois un moment de bonheur... - Quand les outils numériques viennent bouleverser nos pratiques, c'est la plongée excitante vers l'inconnu... Une nouvelle aventure s'ouvre maintenant ! Chermedia, notre plateforme d'échanges et de partages

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

74 − = 65

Commentaire sur “Rentrée littéraire automne 2013 : La servante du Seigneur de Jean-Louis Fournier

  • Elisabeth

    Dans ce dernier livre, je n’ai pas retrouvé l’humour de l’auteur(qui est tellement présent dans « Veuf »),mais plutôt un sentiment de tristesse; et de la colère pour « Monseigneur ».L’édition que j’ai lue ne comportait pas la réponse de sa fille.Est-ce indispensable?