Rentrée littéraire septembre 2011 : La Femme du tigre de Téa Obreht


obrehtEntre conte folklorique et roman initiatique, et pourtant ancré dans un réel douloureux, « La Femme du tigre » (publié chez Calmann-Lévy) nous entraîne dans un pays des Balkans… Natalia, médecin, est chargée d’aller vacciner les enfants d’un orphelinat, de l’autre côté de la frontière. En s’y rendant, elle apprend la mort de son grand-père dont elle était très proche… Elle va se rendre à l’hôpital où il est mort, pour récupérer ses affaires (elle doit le faire rapidement pour se conformer au rite immuable des quarante jours de l’âme) et se souvenir des histoires incessantes qu’il lui racontait durant toute son enfance… Et notamment celle de la « femme du tigre », une figure féminine bouleversante :  comment cette femme, sourde, muette et battue par son mari Luka le boucher réussira-t’ elle à échapper à un destin que l’on imaginait tragique ? Ou celle des éléphants croisés en pleine nuit d’hiver au cœur même d’une ville d’Europe détruite par la guerre et la famine. Ou celle de l’homme qui ne mourra pas, victime d’un sortilège qui lui permet, en un coup d’œil de savoir si son interlocuteur est, lui, proche de la mort…Au delà de ces histoires personnelles et collectives, la dénonciation de la guerre traverse tout le roman avec une force puissante.

Oscillant constamment entre passé et présent, entre réel et imaginaire, entre modernité et tradition, ce roman a reçu le Prix Page des Libraires en septembre 2011. Téa Obreht a 25 ans, son écriture est incroyablement riche, musicale et foisonnante. A découvrir absolument !


A propos de Christine Perrichon

Les autres... Mes copains d'école... Eux, ils jouaient aux pompiers, à l'école, au docteur... Moi ? A la bibliothécaire : j'avais même fait des fiches dans mes livres pour pouvoir les prêter... Ajoutez à ça d'avoir été pendant longtemps l'une des plus jeunes lectrices de la bibliothèque d'O. Et, chaque mercredi : " Quel est ton numéro de carte ? - 2552 - Mais non, tu te trompes, tu es trop petite pour avoir ce numéro là (les enfants de mon âge avaient un numéro supérieur à 4000)" Et puis, on ne pouvait emprunter des romans que si on empruntait des documentaires... C'est comme ça que j'ai lu toutes les biographies des peintres, musiciens, sculpteurs et même aviateurs ou chercheurs... Au moins, ça me racontait la vie ! Et je me disais : " Si j'étais bibliothécaire... je laisserais les enfants choisir ce qu'ils veulent lire..." Alors, quelques années plus tard, face au grand saut dans la vie professionnelle, comme une évidence : je serai BIBLIOTHECAIRE !!! Et depuis plus de 20 ans, de bibliothèques municipales en bibliothèques départementales, mon enthousiasme est intact : - Quand les cartons de livres commandés arrivent, c'est chaque fois un peu noël... - Quand je peux échanger sur les livres ou les CD que je viens de découvrir, c'est chaque fois un moment de bonheur... - Quand les outils numériques viennent bouleverser nos pratiques, c'est la plongée excitante vers l'inconnu... Une nouvelle aventure s'ouvre maintenant ! Chermedia, notre plateforme d'échanges et de partages

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 + 3 =