So court ! première escale au Festival International du Court Métrage 1


Ce sont une quinzaine de bibliothécaires qui se sont  retrouvés à la DLP le mardi 5 février pour un nouveau voyage d’études .

Leur destination: le Festival International du Court Métrage à Clermont-Ferrand.

Leur mission: découvrir des films, des réalisateurs, des styles.

Première escale, une sélection nationale :

La maison d’Olga de Morgane Le Péchon (film d’animation)

Olga, une petite fille au goût prononcé pour ce qui coupe, pince, tranche…….

Les profondeurs de Youssef Chebbi

Une histoire de vampire moderne, de retour dans son pays d’origine

Fleuve rouge, Song Hong de Stéphanie Lansaque , François Leroy (film d’animation)

Des années après la fin de la guerre du Vietnam, trois enfants partent à Hanoï afin d’améliorer leurs conditions de vie. Mais la guerre a laissé des traces de son passage. Traces psychologiques (problèmes sociaux et économiques) et aussi matérielles comme des mines….

Beausejour de François Valla

Eddy a décidé réalisé un film pour son fils , un portrait ponctué de conseils de vie. Pour arriver à ses fins, il kidnappe un vacancier français qui va l’accompagner dans sa traversée du Canada jusqu’à Beausejour.

Valla

Nous ne serons plus jamais seuls de Yann Gonzalez

Des adolescents qui profitent de la nuit, leur dernière nuit ?

jeunes

Tennis Elbow de Vital Philippot

Difficile pour un père de constater qu’il viellit et que d’années en années son fils devient plus fort. Il devra laisser sa place de champion…..familial.

tennis


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

77 + = 86

Commentaire sur “So court ! première escale au Festival International du Court Métrage

  • Christine Loubeyre

    Ce voyage fut une source de découvertes du fait d’une variété incroyable de sujets, réalisations, techniques… Cette richesse à permis à chacun des participants de trouver un ou plusieurs films à son goût, et les avis était très partagés ! Pour mon compte j’ai été emballée par « Fleuve rouge, song hong », et je ne pense pas être la seule! Et nous avons passé un bon moment avec la famille du film « Tennis elbow », hésitant entre rires et malaise.