Rentrée littéraire 2010 – Un regard 19


Sylvia de Leonard Michaels,  Christian Bourgois Editeur

Le  court récit de Leonard Michaels se  déroule à  partir de 1960, au moment où il rencontre Sylvia Bloch qui  deviendra sa  femme jusqu’en 1964, date à  laquelle le récit se termine sur une fin tragique.

Ce sont les méandres et un descriptif quasi clinique de leur relation passionnelle.

La  jeunesse de Leonard Michaels, à l’époque de cette rencontre, l’empêche de voir avec discernement le caractère pathologique de cette relation.

Trente ans après le suicide de Sylvia, il réussit à  « d’écrire » leur relation, dans un Manhattan en  mouvement, en pleine transformation où se côtoient des intellectuels, des  universitaires.

La  forme descriptive, froide, précise nous retient, nous tire en arrière comme pour nous protéger de leur folie destructrice, éviter aussi l’apitoiement,  contourner le mélodrame.

Ce choix narratif est surprenant, dérangeant parfois parce qu’il nous impose une place.

Tout au  long de la lecture j’ai eu le sentiment d’être à côte du récit.

On  reste spectateur d’une histoire sans vraiment y entrer.

Et pourtant, on continue à  tourner les pages de ce que Leonard Michaels a appelé « mémoires en  forme d’histoire ».

On  reste sans trop savoir pourquoi.

J’ai refermé ce livre perplexe, comme devant ces livres dont on se dit je ne sais pas si j’ai aimé ou  pas, mais ceux qui, malgré le temps qui passe, continuent de vous habiter de vous suivre ou poursuivre  !!!sylvia

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 59 = 65