fantastique


Rock fantastique et mécanique poétique

Coup de coeur pour le groupe Dionysos (quand on porte le nom du dieu du vin, on ne peut pas être foncièrement mauvais…), son chanteur-compositeur Mathias Malzieu en particulier, et leur univers poétique, énergique et fantastique.


Cinéma coréen (suite)

Toujours dans le cadre de la sortie en France d’un grand film coréen hier 18 mars (« The Chaser »), voici un autre film remarquable (mais déconseillé aux – 16 ans tout de même) après le polar « Memories of Murder » de BONG Joon-Ho : le film fantastique (ou d’horreur ?) « 2 soeurs » – « A Tale of Two Sisters » (2004), du réalisateur sud-coréen KIM Jee-Woon.

(www.allocine.fr)

(www.allocine.fr)

Film psychanalytique ou d’épouvante ??? Un peu les deux à mon avis, puisqu’ici on passe sans cesse de la réalité aux fantasmes délirants d’une des deux soeurs en question, Sumi (la première scène du film nous la montre d’ailleurs hagarde, dans la salle froide et aseptisée d’un hôpital psychiatrique, on est d’ores et déjà prévenu du drame qui a eu lieu…).
Son père s’est remarié suite au décès de sa mère – à la fois absente et omniprésente dans le film – et elle n’accepte ni la situation tragique de cette disparition maternelle, ni sa marâtre de belle-mère, qui la déteste réciproquement et la brutalise (un peu à la manière des contes de fées européens, « Cendrillon » en tête).

L’emménagement au sein d’une nouvelle maison dans un endroit magnifique mais isolé – superbe photographie et mise en lumière ici – va accentuer cet état de fait, et d’étranges phénomènes vont apparaître : cauchemars (ou rêves éveillés ?), portes d’armoire qui grincent, sentiment d’une présence inquiétante dans cette fameuse armoire – qui sera un élément essentiel du scénario, on le découvre à la fin, lorsque le puzzle est reconstitué – ou sous l’évier de la cuisine, accès de colère et affrontement entre Sumi et sa belle-mère, au sujet de sa soeur plus faible et harcelée par cette « concurrente » de la mère divinisée, crises de folie meurtrière…
Mais tout ceci est-il la réalité, ou les images qui défilent dans l’esprit troublé de Sumi, lorsqu’elle oublie de prendre ses cachets ??? Au spectateur de se faire son opinion…

Comme dans d’autres films asiatiques du genre (« Ringu » du japonais Hideo Nakata et son remake US « Le Cercle », ou bien « The Eye », film thaïlandais des frères Pang également pillé par Hollywood…), ici l’angoisse extrême n’est pas tant dûe aux images violentes et à l’hémoglobine, qu’à tout ce qui est suggéré, parfois par de simples objets du quotidien : un bruit bizarre dans la maison, une télé qui s’allume, de l’eau qui coule, le sentiment d’une présence derrière soi…
L’aspect des spectres – typiquement asiatiques – y est pour beaucoup également : corps difformes et démarche hésitante, longue chevelure noire et yeux exorbités qui glacent le sang. Si vous avez vu (dans « Le Cercle » – « The Ring » de Gore Verbinski, 2003) le fantôme chevelu de Samara remonter d’un puits avec ses longs doigts crochus, puis s’approcher pas à pas de « votre » écran de télévision, pour le traverser et rentrer dans la « réalité » de « votre » salon, vous pouvez me comprendre !!!

« Deux soeurs » a obtenu le Grand Prix 2004 du Festival du film fantastique de Gérardmer (Vosges). Bon visionnage…


Humour noir british (coup de coeur pour « Kiss Kiss » de Roald Dahl)

Un coup de coeur littéraire pour l’écrivain gallois d’origine norvégienne Roald Dahl (1916-1990) – auteur du célèbre roman jeunesse « Charlie & The Chocolate Factory » ou « Charlie et la chocolaterie », récemment adapté à l’écran par le génial Tim Burton – et son recueil de nouvelles adultes à se tordre de rire […]


Rêve, angoisses et mystères (dans la tête du cinéaste David Lynch)

David Lynch : voilà une légende vivante, un cinéaste américain hors-norme, loin des films commerciaux habituels de Hollywood, son univers est unique en son genre (pervers, étrange, incompréhensible pour certains), à ne pas conseiller aux personnes sensibles… Mais quel génie ! Véritable touche-à-tout, Lynch (né en 1946 dans l’Etat du Montana) est également peintre et musicien, on le sent à travers sa filmographie, qui accorde beaucoup d’importance aux effets visuels (éclairages, tons rouge et bleu de la photo omniprésents, importance accordée à certains objets comme par exemple les lampes et les abat-jour dans « Mulholland Drive » mon film préféré de Lynch…) et sonores (bruitages, importance de la bande-son dans les effets recherchés sur le spectateur).
(D. Lynch, source www.davidlynch.ifrance.com)

(D. Lynch, source www.davidlynch.ifrance.com)

Je conseillerais trois films majeurs – en dehors du film le plus connu qu’il ait réalisé, à savoir (The) « Elephant Man » – parmi ses plus angoissants :

« Blue Velvet » (1987) : l’histoire d’un jeune homme un peu trop curieux et voyeur sur les bords (Kyle MacLachlan), qui mène sa petite enquête, après la découverte non loin de chez lui d’une oreille humaine, surla vie privée d’une mystérieuse chanteuse (Isabella Rossellini qui partagea un temps la vie de Lynch), soumise à un dangereux pervers psychopathe (Dennis Hopper)… Ce film déconseillé aux – 16 ans (comme les suivants d’ailleurs) a obtenu le Grand Prix du Festival du Film fantastique d’Avoriaz lors de sa sortie.

« Lost Highway » (1996) : un jeune couple (joué par Patricia Arquette et Bill Pullman) reçoit chaque matin, avec le courrier du jour, une mystérieuse cassette vidéo, montrant d’abord des vues extérieures de leur maison, puis peu à peu des scènes intérieures intimes…

(www.davidlynch.ifranc.com)

("Lost Highway", www.davidlynch.ifrance.com)

« Mulholland Drive » (2001) : une jolie actrice (sublime Laura Harring) perd la mémoire suite à un accident de voiture sur la corniche des hauteurs de Los Angeles, elle se réfugie chez une jeune actrice débutante (Naomi Watts), qui va l’aider à mener l’enquête sur sa vie antérieure…

(N. Watts & L. Harring dans "Mulholland Drive", www.davidlynch.ifrance.com)

(N. Watts & L. Harring dans "Mulholland Drive", www.allocine.com)

Ce film a obtenu 2 récompenses : Grand Prix de la Mise en scène au Festival de Cannes 2001 et César du Meilleur film étranger 2002… Plus qu’un simple thriller psychanalytique, ce film est à lui seul une véritable leçon de cinéma, où Lynch ne nous dit pas autre chose que ceci : les émotions du spectateur (comme dans la scène-culte du « Club Silencio ») peuvent naître de rien ou presque, à savoir une « illusion », un simple décor de carton-pâte (il s’est aussi sans doute autodécrit à travers le rôle du jeune réalisateur – ici joué par l’acteur Justin Théroux –  en conflit avec la production, véritable mafia hollywodienne décrite avec beaucoup d’humour noir !)… Après avoir vu ce chef-d’oeuvre 7 ou 8 fois afin d’essayer d’imbriquer les divers éléments du puzzle et tenter une interprétation, j’avoue que je n’arrive toujours pas à y trouver une logique cartésienne (à part le fait que les deux actrices ne feraient finalement qu’une, à travers un subtil dédoublement de personnalité ? C’est aussi le cas de Patricia Arquette qui joue deux rôles différents dans « Lost Highway », une fois blonde, l’autre fois brune), mais quel bonheur, quelle ambiance !

Le dernier David Lynch sorti en France, « Inland Empire » (2007, 2H52 min. !), est apparemment toujours dans la même veine fantastico-morbide que les trois précédents films cités, et là encore les critiques sont partagées, on adhère ou pas à son univers, mais l’important ici, hors de toute compréhension du scénario, réside dans l’ambiance si particulière qui met délicieusement mal à l’aise le spectateur…

(Une scène de "Blue Velvet", source www.davidlynch.ifranc.com)

(Une scène de "Blue Velvet" avec ici D. Hopper, www.davidlynch.ifrance.com)

Certaines images de Lynch (sans oublier la musique très adaptée du compositeur Angelo Badalamenti comme sur « Mulholland Drive ») sont indélébiles dans notre cerveau, et c’est aussi cela qui fait la force de ce réalisateur, qui ne laisse nullement indifférent, tout comme son modèle et homologue Kubrick (ex. « Orange mécanique » / « Clockwork Orange », voire « Shining » ou encore « Eyes Wide Shut »).

Pour plus d’informations sur le cinéaste, voici un site francophone non-officiel mais intéressant par sa partialité :
http://www.davidlynch.ifrance.com

Et puis jeudi 29 janvier à 20h35 sur Arte : « Sailor et Lula » / « Wild At Heart » (Palme d’Or du Festival de Cannes 1990) du réalisateur américain (avec Nicholas Cage et  l’actrice fétiche Laura Dern), un polar mystique et hallucinatoire tout autant qu’une romance amoureuse moderne des années 80-90 à (re)découvrir.
 
Pour terminer, voici en vidéo une très intéressante série d’interviews du maître (sur le site Allociné) qui répond à plusieurs questions de spectateurs piochés au hasard, il nous dévoile à l’occasion quelques clés sur sa méthode de travail et le contexte de son oeuvre…
 
 
« Mulholland Drive » est disponible en DVD à la médiathèque de St-Florent (F LYN), vous trouverez aussi les autres films de David Lynch grâce à la DLP du Cher et son réseau départemental.

Découvrez l’écrivain new-yorkais Paul Auster (aux éditions Actes Sud)

A l’occasion de la publication en France de son dernier roman « Seul dans le noir » / « Man In The Dark » en ce mois de janvier, j’en profiterais pour faire éventuellement découvrir et partager un de mes écrivains favoris : Paul Auster


Cadavre exquis

Clin d’oeil au petit exercice « de torture » (!) de Christine (imposé aux bibliothécaires lors de la formation Chermédia du 18 novembre !) avec ce titre d’article… … … et coup de coeur pour le film d’animation  « Les Noces funèbres »-« Corpse Bride » (2005), une féérie sinistre et magique à la fois !
www.allocine.com)

(source de l'ill. : www.allocine.com)

Tiré d’une légende russe, ce film du réalisateur américain Tim Burton s’adresse aussi bien aux adultes qu’aux enfants, tant les interprétations diverses sont possibles et les niveaux de lecture différents ici : critique de la bourgeoisie du XIXè siècle (période où l’histoire est censée se passer, quelque part entre l’Angleterre victorienne et l’Europe de l’Est, l’architecture urbaine ferait penser à Budapest ou Prague, même si le chef-décorateur s’est dit inspiré aussi par la Sagrada Familia de Gaùdi à Barcelone…) et des mariages plus influencés par l’argent que par les sentiments, dénonciation de l’hypocrisie des parents des mariés auxquels on ne demande pas leur avis, etc…

www.allocine.com)

(source : www.allocine.com)

Et surtout, Burton oppose la grisaille et la tristesse de la vie réelle (au-dessus) avec la joie et les couleurs chatoyantes du monde des morts (au-dessous), dans lequel le héros Victor échoue suite à un malentendu… marié sans le vouloir avec un cadavre, tiré des ténèbres après qu’il lui ait glissé la bague au doigt par inadvertance ! L’enfer a des goûts de paradis avec ce génie du visuel : les nouveaux-venus, tout juste décédés, sont invités à boire un coup dans une taverne bruyante et joyeuse où un quartet de squelettes jazzmen tient la vedette en chanson (il faut donc là-encore voir le film en V.O. sous-titrée pour apprécier les passages musicaux, tant les paroles et leur poésie sont difficilement traduisibles en français)…

www.allocine.com)

(source : www.allocine.com)

Difficile de résumer un tel chef-d’oeuvre où chaque petit détail (l’asticot tombant de l’oeil de la fiancée d’outre-tombe et son duo touchant avec l’araignée lors d’un passage musical, par exemple) a son importance et apporte sa touche de génie à ce film.
Le tournage – loin du 3D par ordinateur – dura au moins une année complète (la technique image-par-image, ou en anglais « Stop-Motion », a nécessité des heures et des heures de travail, sans oublier la fabrication de chaque personnage dont certains à taille humaine)…

A voir (et à revoir) absolument ! Notamment en empruntant ce DVD à la médiathèque de St-Florent (cote J-F BUR), qui possède également, du réalisateur Tim Burton, les films suivants :

« Charlie et la chocolaterie »-« Charlie & The Chocolate Factory » (J-F BUR), adapté du célèbre roman jeunesse du gallois Roald Dahl (J-R DAH)

« Big Fish » (F BUR), quant à lui adapté de l’oeuvre de Daniel Wallace (éd. Autrement) également disponible dans les rayonnages adultes (R WAL).

Sans oublier, pour les passionnés, un ouvrage de référence aux excellentes éditions Hazan : « Le cinéma d’animation » du spécialiste italien Gabriele Lucci (éd. Hazan, 2006, coll. « Guide des arts »), qui permettra de prolonger le plaisir (791.436 27 LUC)…