« Toute la pluie tombe sur moi » à Méry-ès-Bois 3


Le temps n’était pas favorable, le moment non plus, mais vu les vacances des enfants, nous avons pu nous étendre sur les locaux voisins.

Cette exposition sur l’EAU était très intéressante, des panneaux d’informations fournis par la DLP, très faciles à lire pour tous, adultes et enfants et documents en grande quantité et qualité. Ouvrages magnifiques, quelques-uns très sérieux qu’il faudra lire à tête reposée. Le public a apprécié et est resté parfois discuter un bon moment.

Nous avons travaillé avec les écoles qui ont demandé aux élèves de faire des dessins sur l’eau et ses problèmes. Les enfants ont très bien assimilé les leçons et les ont retranscrites dans leurs dessins. Ils étaient heureux que ceux-ci soient exposés.

La soirée-débat était  présentée par Hélène. Elle nous a rappelé qu’une personne sur cinq n’a pas accès à l’eau dans le monde, que l’eau est source de conflits et qu’elle tue 10 fois plus que les guerres.

Willy nous a expliqué l’hydrogéologie de notre département du Cher qui se divise en trois zones différentes selon qu’on soit en Sologne, Berry ou Pays-Fort.  En Sologne, les sols sont acides et favorisent le transfert des particules (contenant des polluants)  vers la rivière. En Pays-Fort, la terre est argileuse,  on met des drains pour récupérer l’eau. Les polluants vont mettre plus de temps, ils vont aller dans les drains, on tire cette eau contenant des nitrates et des phosphates pour arroser les champs. Ces nitrates et phosphates vont amener des algues qui vont enlever l’oxygène de l’eau, c’est l’eutrophysation.  Dans la Champagne Berrichonne , sols neutres, voire alcalins, les meilleurs pour être cultivés, vont retenir les engrais (donc pesticides). Ici, on va avoir un stockage des polluants vers cette nappe profonde. Chez Willy, la mare a fait les frais de ces produits. Un nouvel agriculteur  achète des  terres au-dessus de la mare, en 1990. On  draine les terres  et   deux ans après, les joncs ont disparu, apparition d’algues vertes, disparition des grenouilles, mousses noires (phosphates), algues vertes (nitrates), jaunissement des joncs (herbicides  : triazines). Les triazines ont été homologués en 1959. Il a fallu attendre 2001, pour l’interdiction totale des triazines et atrazines et on a laissé jusqu’en sept 2002 pour écouler les stocks et les agriculteurs auront le droit de les utiliser jusqu’en sept 2003.  A cette date, 40% des eaux de surface étaient polluées et 25 % des eaux souterraines !

Corinne nous parle  de l’eau qu’on boit, provenant du robinet, filtrée parfois par les nouvelles carafes et l’eau de source. Elle nous parle aussi à nouveau de cet atrazine, un pesticide de la famille des triazines, que l’on retrouve dans l’eau. Est surtout utilisé pour le maïs, les pommes et la vigne, donc tout ce qu’on trouve à profusion dans notre région. Elle s’est penchée sur un relevé de la qualité de l’eau de notre village en 2006 : Pesticides: atrazine  (presque 3 fois plus que la norme). Commentaire : « Eau non conforme à la norme, en l’état, l’eau peut être consommée sans risque pour la santé  » ! En 2008, on retrouve des médicaments dans l’eau. Le produit le plus dangereux serait le déséthylatrazine, produit de décomposition de l’atrazine. Ce produit contacterait la flore et la faune aquatique (batraciens, les mâles se féminisent et donc plus de reproduction). L’atrazine continue à être utilisée aux USA. L’atrazine n’est plus utilisée depuis 20o3, en France, mais est toujours là dans les eaux souterraines et dans l’eau consommable et  peut être cancérigène, à faible dose, à la longue. Donc, que faut-il boire ? Est-ce-que notre eau est bonne ou pas ? L’eau en bouteille ? Attention au plastic : toxicité à la lumière et à la chaleur. Peut-être se tourner vers les eaux bio en bouteilles en verre. Les carafes  filtrantes : si on dépasse la date, tous les produits retombent dans l’eau. De plus, aucune étude n’est faite sur les aliments que l’on consomme. Eaux de source contre eaux minérales ? Le contrôle n’est fait que par eux.

Finalement, l’eau de notre robinet est contrôlée régulièrement et serait probablement la plus fiable.

le public, Jacqueline, Willy

le public, Jacqueline, Willy

DSCF7130

Helen, Corinne et Willy -  le débat

Helen, Corinne et Willy - le débat

un jeune visiteur et son dessin

un jeune visiteur et son dessin


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× 3 = 27

3 commentaires sur “« Toute la pluie tombe sur moi » à Méry-ès-Bois