Un résistant nommé Younes 1


19802069

Younès (joué par l’excellent Tahar Rahim) est un jeune Marocain, arrivé depuis peu à Paris pour travailler à l’usine. Licencié comme beaucoup d’autres Maghrébins, il fait du marché noir pour s’en sortir. Arrêté par la police française, il ne sera relâché que s’il espionne la Mosquée de Paris, soupçonnée d’aider les Juifs.

A travers le regard naïf de Younès qui, au début du film, ne cherche qu’à envoyer à tout prix de l’argent, là-bas, à sa famille, c’est à la naissance d’une conscience politique que nous assistons. La rencontre avec un jeune chanteur traditionnel juif, la grandeur d’âme du recteur de la Mosquée qui l’a percé à jour, son amour naissant pour la belle Warda qui sera fusillée, les convictions syndicalistes de son cousin, tout cela va peu à peu lui ouvrir les yeux et l’aider à choisir son camp.

Ce film, en s’attachant à l’initiation d’un jeune homme que rien ne prédestinait à devenir un héros – l’est-il d’ailleurs à la fin ? – nous permet, par petites touches, de découvrir le rôle méconnu de la Mosquée de Paris dans le sauvetage des Juifs. Il dit aussi, l’immense espoir des Marocains et des Algériens combattant aux côtés des Français pour la liberté, liberté qu’ils espéraient pour leur pays à la fin de la guerre et qui s’est noyée dans les massacres de Sétif.

A l’heure d’une vision très noire d’un Islam intégriste, d’une tension extrème entre Juifs et Arabes, ce film dit aussi la grandeur des religions quand elles sont incarnées par de grands hommes, ici, le recteur de la Mosquée de Paris (remarquablement interprété par un Michael Lonsdale aussi crédible en moine catholique qu’en recteur musulman).


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 − 15 =

Commentaire sur “Un résistant nommé Younes

  • Stef

    Un bel article pour un film qui ne l’est pas moins, en effet ce film devrait contribuer à (enfin) réunir les Français de toutes confessions et origines au lieu de systématiquement diviser… Dommage que les premiers chiffres de fréquentation soient faibles, j’espère que le bouche à oreilles (grâce à vous et d’autres) lui donnera une seconde chance sur le long terme voire en DVD…Quant à Michael Lonsdale, c’est vraiment un grand acteur en effet, il peut même être truculent comme dans « Le parfum de la dame en noir » !