Une iconographie de la répression judiciaire


Sans titre-2

4° 2278

Pendaison, décapitation, bûcher … voici des termes suffisamment évocateurs pour qui veut définir la peine capitale au Moyen Age.

Barbara Morel, dans son ouvrage intitulé « Une iconographie de la répression judiciaire – Le châtiment dans l’enluminure en France du XIII au XVe siècle », s’intéresse plus particulièrement à la rare représentation par l’image des divers châtiments et peines « non capitales », par exemple le démembrement, l’écorchement ou l’enfouissement vivant du condamné.

A travers une iconographie choisie et des miniatures, l’auteur développe dans une première partie la banalisation du châtiment par l’image médiévale, et dans une seconde partie l’idée du supplice comme théâtre de la justice.

S’offrent à nos yeux alors des scènes assez crues mais jamais sanguinolentes, traduisant une étude plutôt originale, la représentation des châtiments étant traditionnellement connue sur les sculptures des porches et les tympans d’églises ou de cathédrales.

Et à en croire les nombreuses enluminures retrouvées dans les manuscrits médiévaux, on réalise l’immense intérêt que les auteurs de l’époque portaient à la justice.

Le châtiment infligé tendait vers une idée de rédemption–par la souffrance, certes- plutôt que de supplice gratuit  : « le supplice vécu dignement a ainsi valeur d’absolution et permet d’échapper aux flammes éternelles de l’enfer ».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

76 − 75 =