Gabriel Chevallier « La peur »


La Première Guerre mondiale, également connue sous le nom de Grande Guerre ou Guerre de 14-18, a été un conflit armé de grande envergure.
Elle a été déclenchée par l’assassinat de l‘archiduc François-Ferdinand d’Autriche-Hongrie en 1914 et s’est terminée en 1918 avec la signature de l’Armistice.
Elle a également contribué à la chute de l’Empire allemand et à la révolution russe, entraînant de profondes transformations politiques et sociales.
Mobilisé dès 1914, Gabriel Chevallier est blessé, une fois rétabli, il retourne au front, où il restera comme simple soldat jusqu’à la fin du conflit.
Son récit relate le quotidien d’un soldat à accomplir diverses tâches au cours de sa journée, allant de la patrouille et la surveillance à la construction de fortifications, et à la participation à des combats. De nombreux défis physiques et mentaux, tels que la fatigue, le stress, la faim et la soif, le froid et la chaleur extrême. La nostalgie en pensant aux personnes qu’il a laissé derrière lui.

L’ennemi, c’est la peur. Nous pensons que c’est la haine, mais c’est la peur.

Image par jo vanel de Pixabay

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× 2 = 4