Illustration sonore ou écriture : 404 avant la chute


Loin, très loin, dans les temps anciens, le bibliothécaire était poilu et de petite taille ; nous noterons également qu’il se déplaçait en s’appuyant sur les phalanges.

La rareté des livres au niveau du sol le contraint à se redresser pour se saisir des ouvrages contenus dans les hautes branches.

Constatant un désordre récurrent dans les feuilles, l’humanus bibliotecus se saisit alors d’un silex afin d’entreprendre un classement du type Dewey premier.

Insatisfait de cet outil (l’humanus bibliotecus l’est souvent), il inventa le stylus paléoticus (ancêtre du stylo dont les bibliothologues se demandent toujours pourquoi il mesurait près de deux mètres).

Constatant l’inadéquation de son outil avec son usage, le bibliotecus inventa successivement le rateau et le marteau piqueur  dans le souci permanent de ratisser plus pour marteler moins.

Soudain en 404 av.  Perrichon, la météorite Chermedia frappa le bibliothecus. Cétait un 25 mars. Une réaction en chaîne s’ensuivit, qui, par catalyse, permit enfin au bibliothécus de faire du buzz.

C’est pour cette seule et unique  raison qu’un certain Charles un jour déclara : « à la fin de l’évolution, toujours,  le dard win… »

Article écrit par les 4 célèbres scientifiques Martine, Dominique G., Nicolas et Marie-Jeanne

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 1