Mystérieux mystères insolubles 2


MYSTRI~1

La ZIZEMPC (Zorganisation Internationale et Zecrète des Enfants qui en ont Marre d’être Pris pour des Imbéciles) œuvre à la résolution des grandes énigmes mondiales et autres mystères. La branche française est composée de personnalités hétéroclites :

Klutch, un professeur farfelu à la vêture de dandy du 19e siècle
Jean-Claude, un canari géant de 53 kilos se dopant à la pâte a tartiner « Pâtor »
La valise, magique (?) car on y trouve tout ce dont on a besoin
John, une mouche conductrice de locomotive à vapeur (volante et flottante, plus fort que « Retour vers le futur « )
Laptop,  le chat savant qui, suite à l’ingestion de la souris d’un ordinateur a assimilé tout Wikipedia.

Tel est l’équipage d’enquêteurs chargé de la résolution des « Mystérieux mystères insolubles« .

Planche-de-l-ouvrage-L-Enigme-du-trou-siffleur_reference

A destination de la jeunesse (mais pas que…) ces BD associent fictions et documentaires, humour et didactisme, créativité et patrimoine.

Si le graphisme de l’excellente illustratrice Julie Ricossé peut paraître un peu trop relâché voire rébarbatif, il convient de passer outre tant il sert la folie gaguesque et abracadabrantesque des scénarios de Grégoire Kocjan. La chute des histoires est chaque fois d’une jubilation … farcesque. Un monument d’ironie décapante !

D’un format tout en hauteur plutôt inhabituel pour une BD (d’habitude genre très « formatée ») la page se partage en deux tiers BD et un tiers photographies ou documentation issues des fonds de la Direction de l’Inventaire du Patrimoine de la Région Centre. C’est d’ailleurs ce service qui a initié ce projet et lancé une consultation dans le cadre d’un marché public… remporté par l’atypique maison d’édition jeunesse auvergnate « L’Atelier du poisson soluble« . Le challenge à relever étant de faire découvrir et  visiter le patrimoine architectural et artistique des six départements de la Région Centre aux enfants de 7 à 12 ans.

Les deux premiers albums nous entraînent dans le Chinonais sur les traces de Rabelais et au long de la Loire et de ses canaux pour l’autre tome. Les deux prochains volumes, à paraître en septembre 2013, devraient nous emmener à Nohant sur les traces de George Sand et en visite dans les châteaux de la Loire.

Mysterieux-mysteres-insolubles_image_largeur220L’Énigme du trou siffleur de Grégoire Kocjan et Julie Ricossé. Ed. L’atelier du poisson soluble, 2012.
40 pages
.  À partir de 7 ans pour la BD et de 9 ans pour la partie documentairearton72.

À la poursuite de la gigantesque lamproie géante de Grégoire Kocjan et Julie Ricossé. Ed. L’atelier du poisson soluble, 2012.
40 pages
.  À partir de 7 ans pour la BD et de 9 ans pour la partie documentaire.

A paraître en septembre 2013

La malédiction du maléfice maudit de Grégoire Kocjan et Julie Ricossé. Ed. L’atelier du poisson soluble, 2013.
Le mychtère du château dichparu de Grégoire Kocjan et Julie Ricossé. Ed. L’atelier du poisson soluble, 2013.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

56 + = 60

2 commentaires sur “Mystérieux mystères insolubles

  • isabelle rondeaux

    J’ai eu le plaisir d’assister à la rencontre de Stéphane Queyriaux, co-fondateur des éditions du Poisson soluble, à la DLP et d’avoir eu ces BD entre les mains ! Je viens de terminer « Peupeur sur la viville », rien que le titre …! (peu importe l’ordre de lecture des 6 volumes de la série). L’histoire est du même ton que son titre… très drôle ! on suit une équipée loufdingue constituée, entre autres énergumènes, d’un canari géant et d’un chat savant, menée par le professeur Klutch (qui a bien du mal avec les proverbes). On les suit dans les méandres de la ville de Blois, en charge d’élucider un mystérieux mystère du genre insoluble. Les réparties fusent, les catastrophent aussi… Retournement de situations, valise qui parle, château en kit, tout ça dans un dessin tourbillonnant … un humour sans complexe que le complément « documentaire » en bas des planches ne vient pas altérer. Allez, cette fois, je pars à Chartres avec le « Risque du péril dangereux », hum ça commence très fort : la conversation entre les chanoines est désopilante ! A suivre 😉