Rentrée littéraire 2014 : On ne voyait que le bonheur de Grégoire Delacourt 1


delacourt

Sur les photos, on ne voit souvent que le bonheur… Grégoire Delacourt, à travers le récit d’Antoine, expert en assurances pour qui la vie se décline en chiffres, nous parle de ce qu’il y a derrière les sourires. Les fissures, les blessures et les drames. Il nous parle de fatalité et de paternité, d’enfance et de famille. Celle qu’on a et celle qu’on se choisit. Il nous parle aussi de « réparation » et de pardon.
« Nul ne guérit de son enfance » dit une chanson de Ferrat. Peut-être que si et que, comme le dit Grégoire Delacourt, « finalement, nos vies valent la peine ».
J’ai beaucoup aimé ce livre. Beaucoup beaucoup…

Une chronique de Laurence Andrade de Rians


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

54 − 53 =

Commentaire sur “Rentrée littéraire 2014 : On ne voyait que le bonheur de Grégoire Delacourt