Rentrée littéraire, automne 2013. Trois fauves, de Hugo Boris


9782714454447Qu’est-ce qu’un grand homme ?
Qu’est-ce qui fait de lui un être d’exception, de légende ?…
Ces questions, Hugo Boris se les est posées pour en faire un roman inattendu et brillant.
Drôle et passionnant, ce jeune auteur que j’ai eu le plaisir d’écouter lors de la réunion de rentrée littéraire du magazine PAGE s’est donc lancé avec ce quatrième roman, dans une opération littéraire étonnante : dresser le portrait de trois monuments de l’Histoire, à savoir Danton, Victor Hugo et Winston Churchill.

En prenant le parti formel d’éviter le rapport historique et exhaustif de trois personnalités, Hugo Boris s’est penché sur les moments clés de leur vie, faisant ainsi successivement le portrait à la fois subjectif et vivant de trois indomptables. Un angle de vue original pour nous faire saisir l’appétence excessive de la vie chez ces trois hommes.

La vie, c’est justement ce qui unit ces trois personnalités hors du commun qui, très tôt, ont échappé à la mort, qui s’en sont relevés et qui ont eu à lui montrer les crocs au cours de leur vie. Il faut avoir la puissance des fauves pour échapper à sa faux, bondir quand elle s’acharne et oser l’affronter. Il faut avoir une revanche à prendre et une croyance tenace en sa propre immortalité.

D’une écriture vive, en phase avec les sujets qu’il croque, le roman met en lumière le rapport à l’animalité, chez nos trois prédateurs. Quand le masque se craquelle, le corps s’engage, la bête apparaît…

Une parenté imaginaire se fait entre eux, ponctuée de minuscules introductions en guise de préambule aux trois portraits. Le ton est donné, le roman se lit vite, facilement, les monstres de vitalité se dressent devant nous. Ad vitam aeternam !

Trois grands fauves, Hugo Boris, Belfond, 2013 – 201 p.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 40 = 43